Un beau diaporama pour vous aider à faire vos premiers pas dans les médias sociaux

Voilà maintenant 2 ans que je tiens ce blogue sur le marketing et particulièrement le nouveau marketing incluant les médias sociaux et le web marketing. C’est un monde en pleine effervescence dans lequel les certitudes et vérités absolues sont évacuées. La planète « médias sociaux » est, comme vous le savez, en constante mutation. Dans ce contexte, je tente de toujours me méfier des gourous, experts auto-proclamés ou futurologues du monde des médias.

Ce que je vous propose, c’est de tester par vous même ces différents outils ou mieux, bénéficier de mes réflexions et/ou expériences pour bâtir votre propre expertise en la matière. En tant que marketer, vous vous devez de garder un oeil sur ce monde au risque d’être complètement dépassé d’ici quelques années.

En guise de cadeau de Noël et aussi pour clore une année riche en expériences, réflexions, lectures et utilisation des médias sociaux, je vous propose un diaporama qui est un amalgame de pleins de diapositives créées au cours des 2 dernières années et qui résument bien ma vision des médias sociaux. Comment les aborder? Par où commencer? Éviter les pièges.  Etc.

Mais surtout, je tente de vous montrer simplement, comment y faire ses premiers pas sans se ruiner, s’y perdre ou se planter totalement. J’espère que cet outil vous sera utile.

Je vous souhaite un merveilleux temps des Fêtes ainsi qu’une année 2011 remplis de défis et de stimulation intellectuelle.

Note: Merci à Thierry Noël et à Noémi Houde qui m’ont aidé via les diapositives de certaines de leurs présentations, à rendre cette présentation visuellement plus attrayante.

Publicités

Pourquoi vous devriez offrir le livre Médias Sociaux 101 de Michelle Blanc à votre patron?

Je viens de terminer la lecture de Les Médias Sociaux 101: Le réseau mondial des beaux-frères et des belles soeurs de Michelle Blanc et Nadia Seraiocco.  J’en avais gracieusement reçu une copie en avant-première du lancement officiel qui a eu lieu le 27 septembre. Que voulez-vous, j’ai 3 enfants et je lis lentement…

Elle se fait surnommer la gourou des médias sociaux au Québec. Certains la vénèrent alors que d’autres la trouvent trop excentrique ou trop exubérante (c’est une grande gueule 😉 ) Que vous aimiez le personnage ou non, elle est une incontournable. Elle tient un blogue sur le marketing internet et le commerce électronique depuis 2005 (pendant que les agences web de l’époque tentaient de vous vendre leur CMS ou un site en Flash…). Alors, bien avant que vous considériez être présent sur les médias sociaux ou lancer un blogue pour votre entreprise, Michelle Blanc étudiait, analysait, et scrutait la planète web et y passait le coeur de ses journées.

Je dois avouer que je suis un lecteur assidu de son blogue depuis 2008 pour plusieurs raisons: la pertinence de son contenu (des tonnes d’hyperliens), son ton (Michelle ne se censure pas et les mots politically correct ne sont pas dans son vocabulaire) mais surtout pour SA communauté (Il y a souvent autant de viande dans les commentaires qui suivent ses billets que dans le billet lui-même).

Ce livre ne s’adresse pas aux lecteurs du blogue de Michelle Blanc

La lecture du livre de Michelle Blanc m’a permis de rafraîchir ma mémoire et ne m’a pas appris grand chose mais c’est bien correct comme cela. Ce livre s’adresse aux néophytes du web 2.0, pas aux convertis ou au believers dont je fais partie . C’est un ramassis ou un Best Of du blogue de Michelle Blanc retouché de façon mineure par la plume de Nadia Seraiocco. Il n’y a pas de recette miracle, pas de How To guide. Il y a des faits et quelques statistiques qui sont par ailleurs souvent communiqués sous formes de lien bit.ly dans le bas des pages. Ce que le retrouve, ce sont des anecdotes dont plusieurs mettent en vedette Michelle Blanc ainsi que ses expériences personelles avec les médias sociaux. On peut en être agacé mais force est d’admettre que les trucs ou méthodes qui ont fonctionné pour propulser le brand « Michelle Blanc » via les médias sociaux et traditionnels peuvent, avec un peu d’adaptation, fonctionner pour vos marques ou votre entreprise.

Si vous recherchez des analyses poussées comme dans un text book de marketing, ce livre n’est pas pour vous. On est dans le léger et le livre se lit comme un livre de marketing de Seth Godin: de courts chapitres, ton punché et anecdotique, pas trop d’études scientifiques citées mais des idées qui frappent et qui font réfléchir. En ce sens, je rejoins Mario Asselin dans sa critique du choix du titre, le terme 101 ne convient pas tout à fait à ce qu’un universitaire pourrait s’attendre d’un volume de base. Par contre, je considère que ce livre est un bon préambule à un approfondissement des médias sociaux, ce qu’un paquet de livres/blogues américains font. Pas un véritable 101 mais un bon tour d’horizon pas trop compliqué.

Pourquoi votre patron devrait-il lire ce livre?

  • Il s’intéresse aux médias sociaux surtout parce que ses amis lui disent que c’est l’avenir;
  • Il n’a pas de compte Twitter;
  • Il dit qu’il connaît Facebook parce que ses enfants y sont et qu’ils y passent pas mal de temps;
  • Il n’est pas membre de Facebook ou si oui, il a peur de gaffer alors son babillard est vide;
  • Il a un compte Linked In mais a moins de 50 connections et son profil n’est pas complet;
  • Il croit que Youtube sert avant tout à regarder des vidéos de chiens qui courent après leur queue;
  • Il pense que les médias sociaux nuisent à la productivité de ses employés;
  • Il a une vague idée de que signifie SEO;
  • Il n’a jamais lu un blogue;
  • Il reçoit le journal Les Affaires en copie papier;
  • Il a le sens de l’humour, est curieux et pas trop borné;
  • Il a vu Michelle Blanc à Tout le Monde en Parle, se souvient d’elle, mais n’a absolument pas retenu qu’elle était consultante en marketing internet.

Si une ou quelques-unes de ces descriptions ressemblent à votre patron, il appréciera sûrement votre cadeau. 😉

Comment expliquer les médias sociaux à votre patron? (PowerPoint)

Depuis plus de 2 ans, j’ai pris le virage du marketing 2.0. Je fouille, je cherche, en somme, je m’intéresse beaucoup aux nouvelles façons de faire du marketing par le web. Ceux qui visitent mon blogue régulièrement savent que je crois sincèrement que ce virage doit être pris par tout marketer qui se respecte. Ou à tout le moins  s’intéresser à ces phénomènes qui bouleversent nos méthodes traditionnelles. Alors, dans ce travail de défrichage, j’ai aussi eu à faire un peu d’évangélisation afin de démêler amis et collègues à propos des médias sociaux.

Dans cette présentation, vous trouverez des réponses ou des débuts de réponses aux questions suivantes:

  • C’est quoi au juste les médias sociaux? ;
  • À part d’être le « buzzword » marketing du moment, ça fait quoi les médias sociaux et surtout;
  • Pourquoi il faut s’y intéresser maintenant?

J’ai résumé un paquet d’information en une seule présentation qui aurait pu être titrée « Comment démystifier les médias sociaux à votre patron, le convaincre d’avoir une stratégie en ce sens et avoir l’air de connaitre cela sans trop d’efforts? »

Merci à Noémi Houde pour la mise en page de ma présentation. La version originale n’était pas aussi plaisante à visionner que celle-ci. 😉

Est-ce que Facebook rendra désuet Linked In?


Depuis 2005, je suis un utilisateur assez assidu de Linked In, l’outil de réseautage en ligne ciblant les professionnels. Je tentais ede l’utiliser uniquement dans un but de réseautage professionnel. Encore aujourd’hui, je suis assez sélectif et les gens que j’accepte comme connections professionnelles sur Linked In sont des gens avec qui j’ai déjà eu des contacts d’affaires. Quand je regarde le profil Linked In de quelqu’un et sa liste de connections, je m’attend à ce que cet individu puisse me parler un peu d’une de ses connections sur une base professionnelle. Genre, me recommanderais-tu telle personne pour ce genre de job? Oui ou non et pourquoi? En fait, la possibilité de rédiger et de recevoir des recommandations professionnelles qui demeurent visibles est probablement la meilleure caractéristique de Linked In.

Quelques stats afin de comparer les deux géants

Linked In

  • Lancée  en mai 2003 à Mountain View en Californie
  • 55 millions d’utilisateurs
  • Obj. de base: Connecter les professionnels, le monde des affaires. C’est un Rolodex moderne, en ligne et visible par tous nos contacts.
  • On partage sa vie professionnelle.
  • Approx 50% des utilisateurs sont américains.
  • Croissance en 2009: 89% (source: Compete)

Facebook

  • Lancée en février 2004. Basée à Palo Alto, Californie
  • Plus de 350 millions d’utilisateurs
  • Obj. de base: Connecter les amis, la famille, retrouver des copains d’enfance. Échanger et partager socialement.
  • On partage sa vie personnelle.
  • 30% des utilisateurs sont américains. Donc, 70% des utilisateurs sont dispersés à travers le globe.
  • Croissance en 2009: 189% (source: Compete)

À la lumière de ces faits, on pourrait conclure avec l’idée que Linked In est ciblé pour les professionnels et que même si sa portée est 7X moins grande que Facebook, l’outil a son utilité et sa raison d’être, soit de connecter les professionnels entre eux.

Une frontière qui s’effrite entre vie  personnelle et professionnelle…

Avec la progression fulgurante de l’usage de Facebook, Twitter et autre outils de réseautage social et professionnel, j’ai l’impression qu’à l’usage, le mur entre vie sociale et vie professionnelle est passé d’un mur en béton armé à celui d’un rideau de douche.

Le printemps dernier, j’ai rencontré pour la première fois lors d’une SWAFF à Québec le techno-blogueur Stéphane Guérin. Au lendemain, de notre rencontre, pif pouf paf!, je recois une demande d’amitié Facebook de sa part…

Je me serais plutôt attendu à une invitation à nous connecter via Linked In suite à cette première rencontre. Je ne suis pas fervent de partager ma vie perso, les photos de mes kids avec de parfaits (ou de relatifs) inconnus. En novembre dernier, il a rédigé un billet qui illustre cette espèce de zone grise entre Facebook et Linked In.

J’étais un peu surpris de cette demande d’amitié et je ne savais pas trop quoi faire avec cela. Même si j’avais trouvé Stéphane bien sympathique, comme j’étais un nouvel utilisateur Facebook, mon premier réflexe à cette époque était d’accepter seulement mes “vrais amis”, des gens avec qui j’avais fait plus que prendre un verre une fois dans une soirée d’affaires.

Après quelques secondes de réflexion, je me suis dit que j’étais peut être en retard et que je comprenais peut-être mal  l’utilité de Facebook en contexte professionnel. Tout le discours à propos du fait qu’il est souvent intéressant de connaitre les passions, les goûts ou certains éléments de la vie sociale de collègues ou partenaires d’affaires dans le but d’avoir de meilleures relations professionnelles a fait son chemin dans mon esprit.

Alors, j’ai accepté Stéphane Guérin comme ami Facebook. Il a été le premier “non-proche” dans mes amis Facebook et s’en sont ajoutés plusieurs par la suite. En tant que blogueur, je recois de plus en plus de demandes d’amitié Facebook de parfaits inconnus. Il fallait que je trouve une processus décisionel logique afin de savoir quoi faire avec ces gens qui me démontrent de l’intérêt dans Facebook.

Segmenter ses contacts Facebook en créant des listes

Alors, j’ai fait ce que tout utilisateur Facebook devrait faire. J’ai amorcé la segmentation de mes amis Facebook afin que je puisse accepter presque toutes les demandes d’amitié sans pour autant dévoiler ma vie personnelle à de parfaits inconnus. Je vous recommande fortement de faire de même si vous souahitez optimiser votre expérience Facebook sans trop de dégâts… Pour savoir comment faire, je vous propose cet excellent billet de DoYouBuzz.

Mes amis Facebook sont désormais segmentés en une dizaine de listes allant de “famille proche” en passant par “retrouvailles lointaines”, “ex-collègues” sans oublier le très populaire “business lointaine”. Chaque liste a des accès plus ou moins limités sur ce que je publie dans Facebook. La segmentation étant un concept de base en marketing et comme Facebook est un outil pour le “marketing” de soi, je l’ai utilisé comme tel.

C’est ma façon d’utiliser Facebook: « Je ne ferme pas la porte d’entrée de la maison aux inconnus mais ils n’ont pas nécessairement accès à toutes les pièces. » 😉

La vie privée est une notion de « vieux »

Donc, j’ai abouti à cette façon de faire suite à la demande d’amitié  de Stéphane Guérin mais aussi en observant le comportement des jeunes de moins de 30 ans sur Facebook qui sont beaucoup plus ouverts que ma génération!

En fait, bien honnêtement, je suis souvent mal à l’aise de voir des copains ou copines Facebook afficher un profil 100% ouvert, vous savez, le genre de profil où n’importe quel quidam peut aller voir vos photos de party, de beuveries ou les messages pas toujours édifiants sur votre babillard? Pour moi, c’est un peu comme si vous diffusiez vos albums de photos personnelles sur une chaine de télé. Depuis que je suis sur Facebook, je me rend compte qu’à peu d’exception près, cette notion de vie privée vs vie publique en est une purement générationnelle (et pourtant, je ne suis pas si vieux!). En ce sens, je me questionne parfois à savoir si je suis pas complètement dans le champs avec cette notion de préservation de vie personelle?. En lisant ce billet fort intéressant, je me dis que peut-être que les petits cons qui affichent tout sur leur page Facebook ne sont probablement pas si cons que cela…Ils font probablement ce que leurs parents auraient fait à leur âge s’ils avaient eu accès aux moyens technologiques d’aujourd’hui.

En concluant, si la frontière s’amenuise entre vie personnelle et professionnelle et que la croissance de Facebook se poursuit, j’imagine qu’au fur et à mesure que la jeune génération entrera sur le marché du travail, le besoin d’avoir un outil de gestion des contacts purement professionnel tel que Linked in (ou Plaxo ou Xing) s’estompera car Facebook risque de combler tous ces besoins avec sa plateforme.

Qu’en pensez-vous?

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine

Not on Linked In yet? C’mon!

brand-called-you-coverBack in 1997, Fast Company made the cover of their magazine with a very punchy Title: The Brand Called You. At this time I felt it was very insightful but the proposed means to properly brand yourself were quite limitative at this time (Internet was not at full cruising speed yet!). Although the suggested  approach was interesting, many advices sounded  like motherhood statements

Now, you have no excuse not to brand yourself.

In 2009, it has never been easier to brand yourself, brand your ideas, brand your work experience, brand your creativity and so on. As mentioned by Mitch Joel in his post entitled « Owning You » , « I’ve found tremendous value in places like Twitter, Facebook and LinkedIn« . From a professional standpoint, I think these 3 tools do not have the same Return On Investment and shouldn’t be put on the same level. If you are a Business Professional, you can certainly add value to YOUR brand by increasing your presence on the web with Linked In. It is free. It is easy. Just do it.

I started my Linked In Profile in February of 2005. At this time I felt a little bit alone in my circle of friends. Nobody was on Linked In. Many colleagues were questioning the value of being present and active on this new gadget. Some have perceived that as a waste of time or worst,  an ultra-narcissistic move. Not anymore. These pre-conceived ideas have been dissipated and replaced by real added value. Guy Kawasaki also proposed Ten Way to use Linked In back in July 2007. These are still viable.

Not convinced yet? Do this quick test. Just « google » your name on google.com. If you do not appear in the first 2 pages of results (I am generous), you are a nobody (in the eyes of Google, I mean!;-)). With a Linked In Profile, you increase your chances of being referenced by Google.

Want to connect with me on Linked In?

If I know you and I remember you, I will accept with pleasure. If I can’t remember where I saw your name, I do not want you to appear in my Linked In list of connections. This is my Linked In principle and should be the same for you. Click below to access my profile.

View Étienne Chabot's profile on LinkedIn

Updated on Feb 2nd, 2009

You are looking for a new job? Have a look a this top 10 list from Guy Kawasaki of how you can use Linked In to find your next job?

Updated on April 7th

Check out these 5 tips on effective personal branding posted on the Linked In blog here.