Bienvenue dans mon blogue

Comme je n’avais fait mon premier billet d’introduction qu’en anglais (ce billet date du 17 décembre 2008 ) et que je souhaite maintenir ce blogue dans les deux langues officielles ici au Canada, le revoici donc en « franssa ».

Bienvenue dans mon blogue!

J’ai finalement trouvé ma voie dans la blogosphère. Il y a un an à peine, j’avais un préjugé défavorable à l’égard des blogueurs. Il faut dire que je ne lisais pas beaucoup de blogues…à ce moment. Je pensais que les blogueurs étaient une gang d’antisociaux qui se cachaient derrière leur écran d’ordinateur parce qu’ils n’avaient pas de « vraie vie » . Il faut dire que c’était des préjugés qui, comme la plupart des préjugés, venaient d’une méconnaissance quasi-complète du monde des blogues.

Je vous demande pardon car j’ai carrément viré mon capot de bord.

Je suis une preuve vivante que n’importe qui peut changer d’idée sur n’importe quel sujet, en particulier un sujet évoluant à une vitesse folle comme le web 2.0!

Mon but avec ce blogue est vraiment simple: « connecter avec d’autres personnes partageant les mêmes intérêts personnels et professionnels ». En somme, partager, discuter, apprendre.

Le format du blogue rend l’échange d’idées et d’expériences ultra facile. C’est devenu évident que ce medium s’avérait le meilleur moyen d’exprimer toutes les idées qui bouillonnent dans ma tête.

Dans ce blogue, je veux principalement discuter de stratégies marketing dans les petites et moyennes entreprises manufacturières (PMEs). J’ai principalement oeuvré dans des PMEs au cours de ma carrière et j’ai toujours cru que les cours et les manuels de marketing étaient totalement déconnectés de la réalité de ces entreprises qui constituent environ 80% de notre économie. Dans un environnement qui bouge plus vite que jamais où les « retours sur les investissements marketing » , le « web 2.0 », les « taux de conversion », la « fragmentations des marchés », les « niveaux de concurrence accrus », les « consommateurs mieux informés, e tc sont sur toutes les lèvres , j’ai voulu créer un plate-forme d’échange d’idées  bilingue. Cette plateforme, c’est ce blogue et il est destiné aux gestionnaires marketing, chefs de produits, chargés de projets, PDG de PMEs, etc qui souhaitent diffuser et partager leurs idées à propos du marketing  ainsi que leurs expériences avec d’autres gens de marketing et bâtir, ensemble, une meilleure pratique marketing.

Oui oui, ce blogue va traiter principalement de divers sujets du marketing mais j’ai un paquet d’autres affaires qui m’inéressent: la musique, la moto, la course à pied, les enfants, la bouffe, etc Je vais sans doute partager mon point de vue sur ces sujets sur une base moins régulière.

Alors, amusez-vous. Ne vous gênez pas pour commentez mes billets.

Bienvenue dans mon blogue!

Etienne

Publicités

Une soupe repas cochonne avec la carcasse du zoizo?

Pourquoi pas? Après tout, le billet sur ma recette de dinde de Noël de Adviso est le plus populaire sur mon blog jusqu’à maintenant! Tant qu’à faire dans le léger, aussi bien boucler la boucle comme du monde. Donc, ceux qui ont fait cuire de la dinde savent qu’il reste toujours des restes interminables. Comme on a tellement mis d’efforts, on se dit «  faut pas gaspiller cela » mais en même temps on commence à être tanné de manger de la dinde. C’est gros en ta une dinde.

 J’ai la solution à vos problèmes!

 Je me suis dis qu’il ne fallait pas gaspiller toute la saveur de goût qui s’était imprégnée dans la carcasse de l’animal pendant la cuisson…

 Vous ne vous pouvez plus de connaître cette géniale façon « d’étirer » votre dinde du temps des Fêtes? Alors, suivez les étapes suivantes après la cuisson de votre dinde :

 

  1. Mangez tout ce que vous pouvez du zoizo et de sa farce. Allez encore, encore, encore. OK. Assez.
  2. Désossez la bête. Réserver la chair et les restes de farce dans un plat à côté.
  3. Laisser la carcasse et les restes du bouillon et toutes les autres affaires dans le fond de votre rôtissoire. Ajouter de l’eau au ¾ de la marmite.
  4. Ajouter du sel et du poivre et des herbes au goût (mais dites-vous qu’il y en avait déjà en masse dans la recette originale! Donc c’est pas grave de ne pas en mettre.)
  5. Laisser mijoter pendant 3 hres à feu moyen. Ne pas faire fonctionner votre hotte de poêle. Laissez ce doux et vaporeux bouillon s’envoler dans votre maison. Humecter le doux parfum qui pénètre votre cuisine. Lécher l’humidité dans vos fenêtres de cuisine.
  6. Goûtez. Trop gras? Ajouter de l’eau et refaites mijoter quelques minutes. Pas assez gras? Ben là, c’est parce que vous avez pas mis assez de canard dans votre recette de dinde originale bande de cheap!
  7. Ajuster l’assaisonnement du bouillon. Sel, Poivre.
  8. Ajouter 1 tasse de lentilles (de la couleur que vous voulez) dans le bouillon. Laissez mijoter encore pour 30-40 minutes le temps d’attendrir vos lentilles.
  9. À 10 minutes de la fin, ajouter des pâtes alimentaires à votre goût. Avec des kids, c’est toujours winner des pâtes. Ça aide à leur faire aimer la soupe aux lentilles. Les alphabets de Catelli font une excellente job en ce sens.
  10. A début, à l’étape 2, vous avez mis de côté la chair de dinde n’est-ce pas? C’est le temps de la remettre un peu effilochée dans votre soupe en même temps que vos pâtes. Pour une vraie soupe repas, mettez en en masse. Anyway, vous ne saurez plus quoi faire de ces restes après une couple de jours faque….
  11. Voilà c’est fini. Vous pouvez manger tout de suite.
  12. Vous n’avez pas faim. Qu’à cela ne tienne. Laisser reposer sur votre comptoir une couple d’heures, mettez votre super soupe cochonne dans des pots Mason et congeler le tout pour dégustation ultérieure.
  13. En passant, si vous laissez reposer sur votre comptoir, ne capotez pas avec le gras qui remonte à la surface des pots en se refroidissant. Laissez-le là, c’est-ce qui fait le goût! Si vous pensez que vos artères vont boucher à cause de cela, dites-vous que c’est des bons gras. Ben oui, le gras de canard ne contient supposément pas de gras trans…

 Bon appétit!

Un jeune dindon fantastique!

De retour d’une merveilleuse période des Fêtes gastro-intense, pourquoi ne pas débuter l’année avec un petit billet léger tout comme celui qui avait été publié le 12 décembre dernier sur le blog de mes amis d’Adviso?Je voulais simplement partager ma joie et celle de mes convives qui ont découvert avec plaisir une nouvelle recette de dinde tout à fait originale le 25 décembre dernier. Ce fut un « risky choice » très gratifiant puisque que toute ma famille et ma belle famille furent renversés par l’humidité surprenante que ma grosse dinde arborait même après presque 6hres de cuisson! La graisse de canard donne un goût et une texture assez spéciale à notre zoizo.

Pour découvrir la recette secrète, rendez-vous sur le blogue d’Adviso.

Merci encore JF!

Le gros zoizo à sa sortie du four

Le gros zoizo à sa sortie du four