Faites-vous vraiment confiance à vos employés?

Dilbert.com

La transparence, l’authenticité, les conversations en temps réel, etc… Tout plein de beaux concepts qui sont nécessaires au succès d’une entreprise sur les médias sociaux. D’accord. Ca va bien pour en parler dans le « boardroom » mais quand vient le temps de passer à l’action, c’est souvent une autre histoire:

  • « Qu’est-ce qu’on fait si un de nos employés gaffe? »
  • « Légalement,  peut-on se faire poursuivre si un employé communique une fausse information? »
  • « Que faire si un employé divulgue une information confidentielle? »
  • « Que faire s’il parle négativement de la compétition »

Tous ces doutes, ces incertitudes, ces inconforts remontent à la surface quand vient le temps de faire son entrée sur les médias sociaux. Et non, ce n’est pas une « politique encadrante des médias sociaux » qui va tout régler car avant d’être un problème de fausse info ou de risque de poursuite, c’est avant tout une question de confiance et d’imputabilité que nous acceptons ou non de donner à nos employés. Être frileux quand vient le temps d’aborder ces questions peut s’avérer un signe de manque de confiance envers ses employés. Il ne faut pas que les communications corporatives sur les médias sociaux aient l’air télégraphiées par le responsable des relations publiques ou du marketing. La spontanéité doit régner et elle est impossible à faire ressortir si l’employé ne sent pas l’entière confiance de son organisation.

Alors, avant d’embarquer dans le train, posez-vous la question: Faisons-nous réellement confiance à nos employés ou bien c’est juste de la poudre aux yeux?

Advertisements

10 chiffres pour justifier un blogue d’entreprise

J’ai trouvé cette brève présentation via un tweet de Luc Dupont.On continue de frapper sur le même clou mais c’est toujours bon de se rappeller que les blogues n’ont pas que leur utilité strictement pour les individus. Les entreprises doivent se réveiller et emboiter le pas. Ces quelques statistiques amènent de l’eau au moulin…

Je vais bientôt vous parler de planification marketing, avez-vous pensé aux blogues pour votre Plan Marketing 2010?

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine

5 types de billets pour un blogue en santé

Je blogue depuis maintenant presqu’un an. Comme je ne suis pas blogueur professionnel, j’écris différents types de billets: certains plus fouillés que d’autres, d’autres totalement à côté de ma ligne éditoriale, certains plus ou moins sérieux. Le but étant toujours de me présenter sous plusieurs facettes et ainsi rejoindre différents publics, toujours en tentant d’être pertinent ou au moins, divertissant. Depuis le début, je le fais intuitivement.

Or, j’ai appris récemment via une présentation de Rick Burnes , Gestionnaire  Marketing de Hubspot intitulée « Advanced Business Blogging » qu’une de clé du succès quand on tient un blogue est d’avoir un judicieux mélange de types de billets. Comme pour un quotidien tel La Presse, il faut rechercher l’équilibre entre les nouvelles fraîches, des nouvelles exclusives, des vidéos, des textes d’opinion, des photos, etc. Je pense que ca peut s’appliquer à tous les types de blogues, que l’on tienne un blogue sur le marketing dans les PMEs comme le mien ou si on est un chanteur dans un band heavy métal qui cherche à se faire découvrir. 😉

Rick Burnes propose une  typologie de 5 types de billets que l’on doit chercher à doser pour obtenir du succès avec un blogue.

1. »Raisin Bran »: billets de tous les jours assez basic.

raisinbran Ces billets peuvent être de type « How To » et indiquent comment effectuer telle ou telle tâche. Ils visent à éduquer. Ils sont riches en mots clés sur le sujet donné. On doit devenir assez bon et efficace dans la rédaction de ce type de billet. Avant de les publier, s’assurer qu’ils vont être utiles pour le public que l’on cible. Est-ce que d’autres billets similaires existent? Si oui, tenter d’ajouter de la valeur mais ne pas redire en d’autres mots ce qui a déjà été dit ailleurs.

Quelques exemples de ce type de billet: un billet de Marie Kuter chez Adviso qui donne les 12 bonnes pratiques à adopter pour des infolettres (newsletters), ou celui-ci de Jeremiah Owyang de Forrester Research qui nous donne (en anglais) les 10 étapes à suivre afin de démarrer une commaunauté en ligne. Il y a aussi celui-ci du copain Ben Tremblay qui indique comment créer une page Facebook pour un entreprise.

2. « Épinards »: billets réfléchis, santé.

spinach Le but de ces billets est de positionner votre blogue comme un leader d’opinion dans votre domaine. Vous devez investir un peu de temps dans ces billets car c’est ce qui fait la différence entre un billet qui ressemble à tous les autres billets et le vôtre qui est rempli de vitamines et de nutriments pour l’esprit. En général, on ne fait pas trop de ce genre de billets.

Une exemple est ce billet de Stéphane Guérin, prolifique blogueur et source d’inspiration, où il fait un état de la situation de la blogospère francophone. Michelle Blanc publie aussi pas mal de ce genre de billets où elle présente clairement sa position sur un sujet donné et appuie ses propos de données ou d’hyperliens corroborant son point de vue. Récemment, elle a publié ce billet en réaction à un commentaire sur son blogue ayant trait à l’espace que l’on occupe dans les médias sociaux.

3. « Rosbifs »: Les gros billets du blogue (comme quand on recoit la fin de semaine).

RosbifIls requièrent beaucoup, beaucoup de travail et de recherche. Ils contiennent des tonnes de liens et ont le potentiel de générer de fortes discussions et beaucoup d’attention dans la blogosphère. On doit les choisir avec précaution.

En mars dernier, je me questionnais pas mal sur Twitter et sur son utilité, j’ai alors entrepris  des recherches afin de m’abreuver sur ce sujet. Je me suis mis dans la peau de quelqu’un comme moi, qui venait tout juste d’être frappé par l’engouement de Twitter et qui ne savait pas par où commencer.  Je tente de garder  ce billet à jour en y ajouter des MAJ (Mises à jour) puisque Twitter est en constante évolution. Depuis ce temps, mon billet « Twitter pour les nuls » est le plus lu et un des plus commenté sur mon blogue et a été repris par plusieurs blogues dont celui de Presse-Citron qui est un des blogues les plus lu en France ou celui d’Agent Solo ici au Québec. La preuve que les efforts que l’on met dans un billet finissent par être reconnus par nos pairs…

4. « Tabasco »: Les billets qui mettent le feu aux poudres…(ou qui nous brûlent les lèvres!)

tabascopreviewIls débutent généralement par des prises de position sans équivoque. Même si je ne veux pas que la citer en exemple, la prolifique blogueuse francophone, Michelle Blanc, excelle vraiment dans ce type de billet. Vous en trouverez un bon exemple ici, et d’autres ici et ici. Ces billets ont leur place dans la blogosphère car ils permettent les échanges d’idées et forcent les débats. Évidemment, on doit d’être préparé à se défendre. On doit aller au « batte » comme on dit et avoir le courage de nos convictions sinon on se ferme la trappe. Ces billets génèrent beaucoup de commentaires et de liens. Il faut faire attention de ne pas publier strictement ce genre de billet sur son blogue car ils peuvent ternir votre crédibilité. Aussi, attention aux trolls avec ce genre de billets…

5. « Gateau au chocolat »: Les billets tendres et sucrés (ou amers…)

Chocolate CakeJe crois énormément en ce genre de billet même sur les blogues professionnels. Il permettent de faire revenir vos lecteurs car ils contribuent à rendre votre blogue cool et l’fun. Si quelqu’un cherche du contenu sérieux, drabe et dénué de toute forme d’opinion, il n’a qu’à lire le journal. 😉 Les blogueurs n’ont pas de code ou de ligne à suivre dicté par un éditeur. Ils se dotent de leur propre ligne éditoriale qui est fonction de leurs valeurs et leurs convictions. Ils peuvent se permettre quelques écarts et c’est personnellement ce que j’apprécie le plus chez les blogueurs que je m’efforce de suivre: un judicieux mélange de crédibilité, de pertinence et de fun. Ces billets sont une excellente facon de montrer votre côté givré et de rire de vous même un tant soit peu. Étonnemment, ils sont de forts générateurs de traffic et de liens. Ils contiennent souvent une image ou une vidéo ou expose une situation loufoque. De mon côté, je tente de garder ces billets pour le vendredi mais j’ai fait quelques écarts…Mes coups de coeur s’y retrouvent mais j’y insère aussi mes coups de gueule sur divers sujets

Quelques exemples: Un billet à propos de la clarté (en anglais)La dinde de Noel d’Adviso, La sauce Ragu de Michelle ou le billet sur l’utilité des cravates de Steph Guérin.

En somme, tentez de suivre le « Guide Élémentaire des Blogues Canadiens » 😉 et assurez-vous de fournir à votre blogue les 5 types de billets.

Vous pouvez télécharger la présentation originale ici ou ci-bas.

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine

5 blogues francophones que je vous recommande

Au cours des derniers mois, dans ma quête d’inspiration et de réponses à différentes questions que je me posais à propos du marketing, du web, des médias sociaux, du web 2.0 et un paquet d’autres questions existentielles, j’ai dû découvrir des centaines de blogues. Afin de ne pas sombrer sous les hyperliens et risquer de tomber en état de webriété, j’ai dû revoir mes stratégies de recherche et surtout identifier ce que j’appelle les blogues piliers. Les blogues piliers, ce sont les blogues que je visite sur une base régulière et ceux où je débute mes recherches. 

Ils sont tenus par des blogueurs et blogueuses passionnés (es), ultra disciplinés (es) dans leur pratique de blogging. Leurs billets sont inspirants, innovants, fouillés et très souvent divertissants (ce qui n’est pas à négliger!). C’est souvent à travers ces blogueurs (via leurs billets, leur blogroll ou leur tweets) que j’ai découvert d’autres blogues ultra-enrichissants auquel je peux aussi m’abreuver de temps à autres.

Alors sans plus tarder voici donc mon top 5 list de mes meilleurs blogues marketing en francais. Quand je dis marketing, je veux bien sûr dire « nouveau marketing », car pour faire du marketing traditionnel, pas besoin de fouiller des blogues, un bon vieux handbook de marketing de base écrit par Kotler fera l’affaire. 

Ils sont en ordre alphabétique de prénoms … pour ne pas créer de conflits entre eux. 😉 

Lilian Mahoukou (Paris):

Un blogue rempli de courts billets traitant des médias sociaux et du marketing conversationel. En plus, sans même avoir rencontrer Lilian, nous avons échangés plusieurs tweets et commentaires. On se croise souvent sur la blogosphère et la Twittosphère et il est un vrai gentleman.

Michelle Blanc (Montréal):

Michelle tient sans doute le blogue techno-marketing le plus lu de toute la francophonie. Elle n’a vraiment pas besoin de moi pour faire connaitre son blogue. Si je la mets dans mon top 5, c’est pour 2 raisons:

  • M’assurer que mes lecteurs qui commencent en web, lisent son blogue et la suivent sur Twitter. Michelle, c’est la reine du web marketing. Son blogue contient des perles de billets sur tout ce qui touche les stratégies internet et web 2.0.
  • Je voulais lui rendre hommage car je dis souvent que Seth Godin m’a donné le coup de pied au derrière pour démarrer mon blogue et Michelle m’a inspirée et guidée la voie afin que je sache comment faire. En bloguant, elle prêche par l’exemple les bonnes pratiques de blogging.

Michelle connait ce dont elle parle et ses billets sont truffés d’hyperliens. Elle écrit avec une verve hors du commun et a un fort penchant pour la polémique. C’est ce qui fait qu’on revient toujours à son blogue. Il crée un dépendance. Et même si je l’ai un petit peu écorchée ici, j’ai un énorme respect pour elle.

Patricia Tessier (Montréal):

Patricia tient un blogue sur le monde des affaires, le web 2.0 et le marketing qu’elle pimente de ses opinions et humeurs. Elle est allumée et super agréable à lire. Ses billets viennent souvent donner d’autres perspectives sur les nouveaux challenges que vivent les marketers en 2009.

Presse-Citron (Lyon):

Eric de Presse-Citron est véritable gourou du web. Il  publie depuis déjà juillet 2005 de manière assidue. Son blogue est à forte teneur technologique mais se lit très bien car il s’assure d’utiliser un langage simple, pas trop geek. Il est lu par environ 15000 lecteurs quotidiennement. Si je le mets dans mon top 5, c’est pour le faire découvrir à mes lecteurs québécois car il a lui aussi rédigés de véritables bijoux de billets.

Steph Guérin (Québec):

Vous voulez causer web, web analytics, stratégie marketing et innovation avec un gars super terre à terre? Rendez-vous sur le techno-blogue à Stéph. Stéphane est un gars de techno mais il sait ne pas tomber dans le trop technique. Il mélange très bien les sujets sérieux et pointus aux billets plus anecdotiques de style « tranche de vie ». Un peu comme Michelle Blanc mais dans un autre style. Stéphane publie très fréquemment et ses billets sont lus quotidiennement par des milliers de lecteurs. Il est l’homme derrière le portail « Tout le monde en blogue ».

 

*Mention spéciale à Marc Desjardins qui remporte la palme du « meilleur blogueur francophone sans blogue ». Si tu finis un jour par démarrer ton blogue, je ferai partie de tes lecteurs assidus, comme au temps de Québec Rock…

Une liste de mon top 5 blogues anglophones suivra sous peu…Je suis encore ouvert à vos suggestions de lecture.

L’attitude 2.0 et l’impact sur votre marque

Le billet de Michelle Blanc d’aujourd’hui portant sur le retard des entreprises du Québec sur le web ainsi que quelques tweets échangés avec Marc Desjardins et Patricia Tessier m’ont inspirés ce petit graphique fort simple. Je ne voulais pas perdre ce flash, alors je l’ai gribouillé sur un papier et scanné afin de le partager avec vous. Je le mettrai éventuellement au propre…

 

Web2 0_AttitudeVSbrandimpact

  

Alors, c’est quoi ce graphique?

Sur l’axe des X, c’est le niveau de transparence que nous sommes prêts à donner dans nos initiatives 2.0. Plus on se situe à droite, moins on essaie de contrôler la conversation qui touche notre marque ou notre produit. Plus on est à gauche, plus on tente de « contrôler » la conversation. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé dans le cas de BIXI et de l’agence Morrow Communications la semaine passée. On a eu affaire à une action 100% « stagée ». L’impact sur la marque à court terme a certes été important mais dès que le subterfuge a été découvert, beaucoup de ces efforts 2.0 (même s’ils étaient « fake ») se sont envolés et l’impact sur la marque aurait pu être négatif.  Dans la zone du centre, on retrouve toutes les initiatives que j’appelle « chorégraphiées » @ la Burger King, Doritos, etc. En d’autres termes, on va chercher l’apport de l’internaute dans la communication en autant que ca va dans le sens de notre stratégie. En somme, on définit le carré de sable ou les règles du jeu avant d’entâmer la conversation.

Sur l’axe des Y, c’est l’impact sur notre marque à plus long terme. Comme vous pouvez le voir, je suis un tenant du long terme et je suis profondément convaincu que le web 2.0 vient révolutionner les pratiques du marketing en autant que ce soit fait de façon transparente.  Je l’ai par ailleurs exprimé à plusieurs reprises en commentant sur quelques blogues dont celui d’Infopresse ou sur ce blogue en citant la Maison Blanche.  Je suis par ailleurs convaincu que les PMEs seront avantagées par cette progression de la pratique marketing parce qu’lle pourront justement faire ressortir leur côté « authentique » à la face du monde. C’est un sujet que j’ai traité il y a quelques mois dans un billet Smaller=Better (en anglais). 

En résumé, ma vision du web 2.0 implique la transparence afin de se bâtir, au fil de nos initiaitives 2.0, un capital de marque authentique et fort à long terme. C’est vrai pour les grandes marques connues comme pour les marques des petites PMEs jusqu’ici inconnues. À voir les événements des dernières semaines dans le monde de la pub (BIXI-Morrow), je suis convaincu que le monde du marketing se divise en deux: Ceux qui ont adopté l’attitude 2.0 et ceux qui vont l’adopter!

Tout est une question d’attitude, l’attitude 2.0 et le bon côté c’est que les marketers n’ont pas de bonne raison de ne pas l’adopter cette attitude. Je vous joins ci-bas un commentaire  laissé sur le blogue de Michelle Blanc qui résume ma pensée à propos de cette attitude:

Ce n’est pas l’arrivée du web, du 2.0, des blogues qui va venir changer quoi que ce soit au besoin des gestionnaires d’entreprises à analyser des business cases avant de prendre une décision. Les gens de TI et les comptables vont demeurer. Leurs pratiques standards aussi. Penser le contraire tient du voeux pieux.

La solution se situe plus du côté des gens de marketing. Il faut que ces derniers adoptent une attitude de pionniers dans l’adoption de ces nouvelles pratiques et il n’a jamais été plus facile qu’aujourd’hui pour un gestionnaire marketing de naviguer et faire progresser ses idées.

Au niveau TI: La plupart des stratégies web et web 2.0 (Réseaux sociaux, blogues, etc) peuvent être implantées sans avoir à “dealer” avec les gens de TI. On peut amorcer le virage web 2.0 sans avoir à jouer dans les systèmes informatiques.

Au niveau de la finance et de la comptabilité, le sempiternel Business Case va demeurer et il faut composer avec. La bonne nouvelle est que contrairement à la plupart des tactiques de marketing traditionnelles, tout ce qui est entrepris sur le web est 100% mesurable. Il n’a jamais été aussi facile pour un marketer de faire un business case avec des hypothèses pas trop fluffy qu’un comptable aura de la difficulté à contre-argumenter.

Donc, les règles de gestion et les comportements des autres fonctions ne changeront pas. Pas contre, si nous, en tant que marketers, changeons notre attitude, le virage vers de nouvelles pratiques web pourrait se prendre de manière beaucoup plus rapide que prévue.

Bienvenue dans mon blogue

Comme je n’avais fait mon premier billet d’introduction qu’en anglais (ce billet date du 17 décembre 2008 ) et que je souhaite maintenir ce blogue dans les deux langues officielles ici au Canada, le revoici donc en « franssa ».

Bienvenue dans mon blogue!

J’ai finalement trouvé ma voie dans la blogosphère. Il y a un an à peine, j’avais un préjugé défavorable à l’égard des blogueurs. Il faut dire que je ne lisais pas beaucoup de blogues…à ce moment. Je pensais que les blogueurs étaient une gang d’antisociaux qui se cachaient derrière leur écran d’ordinateur parce qu’ils n’avaient pas de « vraie vie » . Il faut dire que c’était des préjugés qui, comme la plupart des préjugés, venaient d’une méconnaissance quasi-complète du monde des blogues.

Je vous demande pardon car j’ai carrément viré mon capot de bord.

Je suis une preuve vivante que n’importe qui peut changer d’idée sur n’importe quel sujet, en particulier un sujet évoluant à une vitesse folle comme le web 2.0!

Mon but avec ce blogue est vraiment simple: « connecter avec d’autres personnes partageant les mêmes intérêts personnels et professionnels ». En somme, partager, discuter, apprendre.

Le format du blogue rend l’échange d’idées et d’expériences ultra facile. C’est devenu évident que ce medium s’avérait le meilleur moyen d’exprimer toutes les idées qui bouillonnent dans ma tête.

Dans ce blogue, je veux principalement discuter de stratégies marketing dans les petites et moyennes entreprises manufacturières (PMEs). J’ai principalement oeuvré dans des PMEs au cours de ma carrière et j’ai toujours cru que les cours et les manuels de marketing étaient totalement déconnectés de la réalité de ces entreprises qui constituent environ 80% de notre économie. Dans un environnement qui bouge plus vite que jamais où les « retours sur les investissements marketing » , le « web 2.0 », les « taux de conversion », la « fragmentations des marchés », les « niveaux de concurrence accrus », les « consommateurs mieux informés, e tc sont sur toutes les lèvres , j’ai voulu créer un plate-forme d’échange d’idées  bilingue. Cette plateforme, c’est ce blogue et il est destiné aux gestionnaires marketing, chefs de produits, chargés de projets, PDG de PMEs, etc qui souhaitent diffuser et partager leurs idées à propos du marketing  ainsi que leurs expériences avec d’autres gens de marketing et bâtir, ensemble, une meilleure pratique marketing.

Oui oui, ce blogue va traiter principalement de divers sujets du marketing mais j’ai un paquet d’autres affaires qui m’inéressent: la musique, la moto, la course à pied, les enfants, la bouffe, etc Je vais sans doute partager mon point de vue sur ces sujets sur une base moins régulière.

Alors, amusez-vous. Ne vous gênez pas pour commentez mes billets.

Bienvenue dans mon blogue!

Etienne