Vous êtes poches avec PowerPoint…

Les présentations PowerPoint sont des incontournables du monde des affaires. Malheureusement, l’art des présentations réussies semble, encore en 2010, être en perdition. J’en ai presque fait une lutte personnelle  dans ce billet où je tente d’élaborer les meilleures pratiques en termes de présentation PowerPoint. À  chaque jour, on doit littéralement « subir » des présentations PowerPoint poches, endormantes, illisibles, laides, incompréhensibles alors qu’il serait si simple et tellement plus agréable si les présentateurs respectaient quelques règles toutes simples. En voici quelques unes (en anglais) qui ne feront pas nécessairement de vous un « Senior VP Entertainment », mais elles contribueront certainement à vous aider à élaborer des Powerpoint plus percutants. L’auteur  se nomme Jesse Desjardins, vient de Toronto et peut être rejoint ici via son compte SlideShare.

MAJ 3 juillet 2013: 5 tips for giving really amazing presentations. 

Advertisements

Vaut-il mieux un blogue bilingue ou 2 blogues?

Il y a quelques semaines, je reçois un gentil courriel d’une blogueuse-marketeuse-consultante basée en Suisse:

Cher Etienne,

Je me permets de vous contacter car je pense que vous avez passé par les mêmes problématiques que moi.
Je suis une consultante de Relations Publiques et de Marketing Internet basée à Genève (Suisse) et je me pose beaucoup de questions pour la langue de mon blog: anglais? français?
Je suis sure que vous comprenez le problème?!!!!
J’ai regardé votre blog (qui d’ailleurs est très intéressant) et j’ai vu que vous écrivez tantôt français, tantôt anglais….
Cependant j’ai un peu de peine  à me retrouver pour les « Catégories » anglais-francais?
Voilà en fait je voulais avoir votre avis et surtout savoir comment vous vous êtes décidé pour l’écriture bi-lingue et surtout si il y a une manière assez simple d’avoir un blog en deux langues.
Je me réjouis d’avoir votre feedback
Meilleures salutations

Ce que j’en pense

Dans le fonds, son courriel arrivait à point nommé car ma réflexion sur le sujet avait mûri au cours des 2 dernières années. Voici ce que je lui ai répondu.

Quand j’ai démarré le blogue en 2008, je me disais qu’il me fallait le faire en anglais et en français car je voulais:

  1. Rejoindre un maximum d’internautes (d’où l’anglais);
  2. Optimiser mon référencement dans Google (d’où l’anglais);
  3. Rédiger dans ma langue maternelle car c’est parfois plus facile (d’où le français);
  4. Rédiger à partir d’articles lus en anglais et sur des sujets plus souvent traité en anglais dans d’autres blogues;
  5. Me garder une liberté pour écrire dans la langue qui correspondait à mon « feeling » du moment.Ce dernier point m’avait d’ailleurs été recommandé par Jean-Francois Renaud, associé chez Adviso.
Voilà donc pour l’historique de ma décision.

Dans les faits, a posteriori,  je me rends compte que mon lectorat est majoritairement francophone (Ce que j’ignorais au moment du lancement). Il provient du Québec, de la France et même de la Suisse! Pourquoi ? Parce que des blogues francos qui traitent de mes sujets de prédilection sont rares en 2008 comparativement aux blogues anglophones qui traitaient des mêmes sujets. C’est bien sûr moins le cas en 2010. Il y a maintenant des tonnes de blogues francophones qui traitent de marketing. Aussi, il y a 2 ans, je me disais que le fait d’avoir quelques billets en anglais sur des sujets pointus a aussi contribué à sortir dans certaines recherches précises en anglais.

La contrepartie négative à avoir un blogue bilingue est que c’est souvent difficile de s’y retrouver pour les unilingues anglophones ou franco car les plate-formes de blogging sont généralement conçues pour des blogues unilingues. L’interface de WordPress par exemple requiert de choisir « la langue du blogue ». Mon blogue est un blogue professionnel mais tenu par une personne et je ne représente pas une entreprise. Je n’ai rien à vendre… pour l’instant. Je ne fais pas de consultation. Alors ce n’est pas trop grave selon moi. Par contre, pour une entreprise, ca peut envoyer un mauvais signal.

Ma conclusion

Si je devais démarrer un blogue aujourd’hui pour une entreprise quelle qu’elle soit et que je devais rejoindre des marchés anglophone ET francophone, je ne ferais pas UN blogue mais bien deux: un blogue dans chaque langue. Et, le blogue anglo n’a pas à être le miroir du blogue franco. C’est ce que plusieurs experts m’ont aussi recommandé récemment. Viens alors le problème de gestion des contenus parce que, qui dit 2 blogues dit 2 fois plus de contenus à générer….

Alors ma recommandation pour un blogue d’entreprise est d’adopter la théorie des petits pas. Commencer par bien tenir UN seul blogue dans une langue soit celle de notre plus gros marché  et/ou celle avec laquelle les premiers rédacteurs du blogue seront les plus à l’aise. Une fois que l’on a opéré dans une seule langue et observé la charge de travail que cela représente, il est plus facile de déterminer les ressources nécessaires à la création d’un 2e blogue dans l’autre langue.

Vous le savez, il est très simple techniquement de lancer un blogue. Le plus difficile est de la maintenir en vie….

En espérant que mon expérience partagée puisse vous aider à cheminer dans votre réflexion.

Par ailleurs, je vous conseille cette discussion que j’ai trouvée sur la question des blogues bilingues: http://www.frihost.com/forums/vt-105478.html

Projet de livre sur les Médias Sociaux par moi ou d’autres…

Ce matin, Michelle Blanc sollicite ses lecteurs au sujet de la suite à prévoir de son livre Les Médias Sociaux 101, livre pour lequel j’ai fait une revue ici même il y a quelques semaines en me répondant à la question « Pourquoi vous devriez offrir Les Médias Sociaux 101 à votre patron? ».

Or, depuis pratiquement 1 an et demi que je jongle avec l’idée d’un livre pratico-pratique sur ce sujet… J’en avais même brouillonné une table des matières afin de structurer ma pensée en sept 2009. Rédiger un bouquin est un rêve que je caresse depuis la rédaction de mon mémoire de Maîtrise. Or, le temps me manque. Je m’ennuie aussi tout autant de la pédagogie et de l’enseignement universitaire qui ont fait partie de ma vie professionnelle de 1998 à 2008.

Comme le monde des médias sociaux et du marketing web évolue à la vitesse grand V, la journée où j’aurai  le temps de compléter la rédaction de mon livre, le contenu sera désuet d’où l’idée de lancer un appel ici sur mon blogue.  Je partage ouvertement le « corpus » de mon projet de livre et vous en faites ce que vous voulez. Vous me dîtes ce que vous en pensez. Vous êtes un auteur ou un éditeur? Vous pouvez vous en inspirer. Si je peux y collaborer avec un collectif d’auteurs, il m’en fera un immense plaisir. N’hésitez pas à me contacter.

Alors, voici ma vision de la « patente »…

En gros, je vois un livre dans l’esprit des livres de Seth Godin, mais surtout axé sur la pratique, les nouvelles tendances et l’expérience à travers de multiples études de cas véritables. Pas trop académique avec beaucoup de liens vers des pages web.

Ma philosophie est simple et suit cette logique et Michelle Blanc en avait discuté ici l’an passé :
“Listen…Join…Ask…Engage…Build…Persist. And Grow.”

Le livre s’alignerait sur cette séquence alors peu importe à quel stade une entreprise est rendue dans son cheminement MS, elle peut y trouver son compte.

Il vise principalement à aider  les décideurs en entreprise à cheminer dans l’univers des Médias Sociaux. Comme je ne suis pas consultant à temps plein, j’ai manqué de temps pour en faire la rédaction pendant l’année 2010. J’observe comme vous que le monde des médias sociaux et du marketing internet évolue très rapidement et que les besoins des décideurs sont bien présents au moment où on se parle. Il ne me sert à rien de garder cela pour moi en attendant d’avoir le temps de rédiger tous ces chapitres…

PROJET DE LIVRE SUR LE MARKETING 2.0 en PME

Table des matières proposée
1.      Introduction aux médias sociaux, c’est quoi et comment ça va révolutionner le marketing
2.      Comment développer une stratégie de marketing 2.0 pour votre entreprise
3.      Vendre votre stratégie marketing 2.0 à l’interne (ROI, ressources humaines et $, challenges à prévoir)
4.      Écouter, observer: être un joueur passif (Étape cruciale selon moi)
5.      Joindre, s’abonner, s’impliquer, converser, partager répliquer (Base personelle). Être un joueur actif
6.      Demander (de l’aide externe, des conseils, suivre des formations, apprendre par la théorie et l’expérience des autres)
7.      Joindre, s’abonner,  Créer ses profils et image de marque, s’impliquer, converser, partager, répliquer (Base corporative) Joueur de plus en plus actif.
8.      Plonger. Lancer une initiative 2.0 à petite échelle, monitorer ses résultats fournir des exemples, bâtir un case study. C’est ce que j’ai fait personnellement avec la Foire aux Meubles South Shore.
9.      Bâtir une communauté (Longue haleine, somme de plusieurs petits gestes, etc) Créer et diffuser  du contenu diversifié. Défis que la création de contenus représente.
10.     Persister (Importance de la persévérance, donner des exemples de marques qui se sont bâties sur le long terme avec le mkt trad et comparer avec nouv mkt, etc)
11.     croître : Démontrer le lien entre une présence forte en 2.0 et la business (ventes, notoriété, économies, etc)
12.     Tout au long de ce parcours. Mesurer, monitorer, ajuster le tir à mesure que l’on avance. Donner des outils de mesure clairs et précis. Les fameux KPIs. Attention de ne pas se perdre là dedans.
13.     Conclusion

Qu’en pensez-vous? Ca comblerait un besoin ou non?