Starbucks Tribal Knowledge

To follow up on Seth Godin’s Tribes book that I have just finished , here is a great presentation on branding. It describes in a few very well designed slides how the mythical Starbucks Coffee company built its brand from scratch by creating a powerful tribes of supporters. The slides are self-explanatory and do reprensent a excellent starting point to anyone trying to leverage on the new marketing tools to build their brand on the Tribes principles. This presentation also complements very well the Infopresse conference (Journée Infopresse360) Seth gave last week in Montreal.

If you want to live and breathe the Starbucks experience without leaving your screen, you can follow them on Twitter here.

To complement, I recommend you this interview with Seth Godin with LesAffaires. The interview is done in English but there are French subtitles. He basically sums up the Tribes principles and highlights why it’s important for organizations to build their tribes to sustain.

http://www.lesaffaires.com/article/0/gestion–strategie/2009-04-23/492269/la-recette-marketing-de-seth-godin.fr.html

Enjoy!

Publicités

Carey Price ou l’art du mauvais branding personnel

Un billet léger du vendredi sur mon bon ami Carey Price.

Nos Canadiens se sont fait éliminés ce mercredi par les méchants Bruins. Depuis cette triste soirée, on cherche des coupables. On en parle sur plein de blogues dont celui de Pat Lagacé. Pourquoi, en cette année de centenaire de la Sainte-Flanelle, une telle humiliation? Surtout après une première moitié de saison sur les chapeaux de roues. On blâme les blessés, Bob Gainey, l’âge de certains joueurs (soit trop jeunes,soit trop vieux), la mollesse de certains, alouette!

Je ne suis pas en mesure de jouer les gérants d’estrade mais je voudrais attirer votre attention sur deux occasions que Carey Price a ratées d’améliorer son image de marque (et celle du Canadien pris globalement) auprès des partisans du Canadiens. On s’entend que l’hiver a pas été facile pour le ti-gars hein? Il parait que quand il jouait au docteur avec les petites filles, ça se terminait pas toujours bien… Ce sont les rumeurs qui courent.

En somme, il avait une pente à remonter dans l’estime du public et ce même si l’organisation du Canadien s’est évertuée à le proteger et à le couvrir. Et c’est là que je trouve que le Canadien devrait tenir les cordeaux un peu plus serré avec ses recrues. Après tout le branding du Canadien inclue en quelque sorte la somme des brandings individuels de chacun de ses joueurs, non?

Premier exemple

Le beau Carey, malgré son jeune âge, aurait dû laisser faire les gestes à la Patrick Roy lors du quatrième match et se concentrer sur sa game.

Un petit video pour vous rappeller les événements.

Et côté gestion de branding, quand le coach est en plus le directeur général, il me semble que la décision aurait été facile à prendre: On met Halak en troisième. Tu envoies un message clair à tes fans que l’organisation passe avant les joueurs pris individuellement. Mais surtout, que ces gestes envers les fans ne sont pas tolérés et que l’Organisation respecte ses fans et que c’est ce qu’ils ont de plus important. Plus que la défaite en 4 matchs.

Deuxième exemple, le lendemain

Un beau moment de communication avec les médias. Le boy arrive avec sa calotte. On ne lui voit pas les yeux. La nonchalance incarnée. Il se perd en explications qui ne tiennent pas la route à propos de la défaite, de la série et de ses gestes de la veille.

Oui il est jeune et immature. Je peux comprendre cela mais entourez-les. Coachez-le. C’est l’image du CH après tout. C’est le Centenaire…

Les blogues, des médias de masse?

Eh bien, il semble que oui! Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est le PDG de Technorati.

Alors tous les copains qui me traitent de bibitte techno et de simili-geek, voyez que je ne suis pas seul. Et surtout, que je le serai de moins en moins… En fait, je suis juste un marketer de PME un petit peu plus curieux que la moyenne.

À la lecture de l’article du eMarketer d’aujourd’hui (en anglais), on peut lire que: 

« If yesterday’s blogs were about personal expression, today’s are about two-way conversations that take place on many fronts: independent, standalone blogs; social networks; e-commerce and mainstream media sites; and microblogging platforms such as Twitter. »

Même si ces données sont américaines, on en en droit de s’attendre à que cette vague franchisse d’ici 12-18 mois la frontière canadienne. C’est une opportunité pour tous les blogueurs actuels et en devenir. Une opportunité d’être parmi les pionniers, du moins ici. C’est une opportunité aussi parce que c’est une première dans toute l’histoire du marketing.  Les PMEs peuvent engager une conversation (pas juste un monologue) avec les utilisateurs de leur produits et ce, avec très peu d’investissements.  Ces dernières pourront illustrer leur transparence et leur authenticité aux côtés des grande marques nationales dans la blogoshpère. Elles ne sont plus laissées pour contre parce qu’elles ne peuvent se permettre les budgets faramineux de publicité traditionnelle que les grandes marques ont trop longtemps utilisés pour monopoliser l’attention dans certaines industries.

Les blogues vont continuer d’exercer leur influence sur les marques, peut-importe si les blogues sont publiés par les marques elles-mêmes ou par des utilisateurs individuels. La frontière entre les medias de masse et l’individu en tant que medium s’amenuise à chaque mois.

“The lines are becoming blurred between a standalone blog that might be created on TypePad or Blogger or WordPress and blog content that’s created by The New York Times.”

Aux yeux de Google, que l’information ait été produite par un utilisateur ou un journaliste qui publie sur le blogue d’un media de masse, ne fait pas de différence. C’est la pertinence prévaut.

« Currently, 27.9 million US Internet users have a blog they update at least once per month, and they represent 14% of the Internet population. By 2013, 37.6 million users will update their blogs at least monthly. »

C’est dont une chance unique que les marketers ont de participer à ces conversations.

Suivre les conversations qui se déroulent en ligne n’est maintenant plus suffisant (tracker votre marque par le biais d’alertes). Si vous ne le faisiez pas déjà, je vous annonce que c’est un minimum que tout marketer qui se respecte devrait s’affranchir.

Participez aux conversations s’avère une stratégie beaucoup plus judicieuse car vous pourrez désormais « influencer » les conversations. L’ère du message unique contrôlé par l’émetteur est désormais révolue. On ne contrôle plus le message, ce sont les utilisateurs de nos produits qui en deviennent les ambassadeurs. Prétendre le contraire, c’est faire fi de tous les développements qu’internet a apportés au monde des communications. Le seul bout que l’on contrôle réellement en tant que marketer, c’est l’expérience que notre marque/produit fait vivre au client. Pour ma part, un blogue corporatif fait partie de la marque d’un produit.

Et pour ceux qui croient que les blogues ne sont pas lus, vous êtes dans l’erreur.

« eMarketer estimates that in 2009 96.6 million US Internet users will read a blog at least once per month. By 2013, 128.2 million people, or 58% of all US users, will do the same. »

Alors, un bel avenir est réservé aux blogues. Avez-vous commencé à travailler votre stratégie de blogging?

 

MAJ, le 23 avril 2009: Une belle lecture complémentaire encore du eMarketer (en anglais) qui vient confirmer que les bloggers ne sont pas si méchants que cela… en général.

MAJ, le 27 avril 2009: Michelle Blanc ajoute sa perspective ainsi qu’un paquet d’hyperliens ultra pertinents dans ce billet qui indique la voie aux gestionnaires marketing de PME en répondant à la question: Pourquoi ça va vous prendre un gestionnaire de réseaux sociaux?  SI vous êtes comme moi et travailliez dans une PME, en attendant ce gestionnaire dédié aux réseaux sociaux, soyez un hérétique et plongez. Les opportunités pour les marketers de PME qui seront les pionniers sont immenses.

MAJ, le 28 avril 2009: Jason Cohen, sur son blog A Smart Bear, propose une excellente analyse comparée entre l’arrivée des blogues vs l’arrivée des sites web à la fin des années 90. Son billet « Why You Have to Engage in Social Media Even if You Don’t Want To » est très éclairant et risque de vous donnez le dernier petit coup de pied afin de mettre en branle un stratégie de médias sociaux et de blogues dans votre entreprise. Il y cite entre autre les exemples à succès de Rubbermaid, Nike ID et Zappos.

How to Use Twitter for Business?

I guess that if you are working in marketing, you have been hearing a lot about social media and especially Twitter in the past few months. If you are more of a traditional marketer, you are probably wondering how to leverage social media for your business? Where do I start? What should I avoid? And so on. You know,  all the questions that your boss is asking you before moving forward with these new trendy tools? Right?

Well, I have found some meat for you.

While I was working on my Social Media strategy, I had most of those questions answered about my Twitter  business strategy watching this Slide Share presentation by Ian Green from Green Communications. Thanks to Ann who made me aware that Mr Green just decided to delete its nice presentation from slideshare.net without advising the ones who promoted it on their blog… 😉 Luckily, I have been able to find this one from hubspot which is even better.

BONUS: A nice gadget that anyone on Twitter can use: The Twitter Mosaic. Look at mine at the bottom right page of my blog. I take this opportunity to thank all my great followers! I had to remove the Twitter Mosaic from my blog because, s my number of followers kept on growing, it was taking up too much space on this page!

You do not follow me on Twitter? Do it here.

Wanna have a Twitter 101 introduction? See this post (in French).

Updated Dec 1st, 2009: Not sure that Twitter might be good for your business? Check out 15 Business Reasons to Use Twitter by Douglas Karr.

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to FurlAdd to Newsvine

Parental Advisory-Explicit Lyrics

Here is my Friday Light Post to make smile a little bit. It is not marketing related and there are no marketing lessons to draw from that video! Nothing. Just plain entertainment.

Steel Panther Official Band picture

Steel Panther Official Band picture

For those of you who had the chance to enjoy Motley Crue Smokin’ in the Boys Room video and Van Halen’s Hot for Teachers, Warrant, Poison, Winger and all the other glam rock bands of the 80s, you will enjoy this video. For the younger, watch it  for your personal growth. It is good to know that not so long ago, a bunch of men with make up, long curly hair and leggings ruled the music scene. ;-). For the older, aren’t you happy to see that a bunch of Californian decided to play the nostalgia card and haunt your kids again with satanic music?

The song is Death to All but Metal by the Steel Panther (And yes it is a real band with a real web site also!).

In their lyrics, they « discuss »  50  Cent,   Dr.  Dre, Eminem, Kanye  West, Mariah  Carey,  Goo Goo  Dolls,  Blink  182,  our poor Britney just to name a few. The video alos features Sarah Silverman who is one of the funniest, irreverent woman in America.

Caution: VERY,  VERY EXPLICIT LYRICS and CONTENT, YOU MIGHT BE OFFENDED. (You are now advised).

Enjoy!

Smaller=better

It is not in every aspect of my life that I think that Smaller is better but marketing-wise, I believe smaller organizations will be in a better position to face the challenges of the post-recession economy.

Let’s face it, I love Small and Medium sized Enterprises (SMEs).  I always liked the entrepreneurial culture that often emerge from them. It ignites me. However, as a marketer, I went through many frustrations in the past because most SME cannot afford the old School marketing tools (TV Advertising on TV, major promotional campaigns, billboards, big sponsorships and so on). This stuff was meant for Big National brands… Although the cost of traditional marketing is expected to go down, I do not think that lower costs should drive SME to use more the aforementioned traditional tactics to build their brand and be successful.

I am not the only one to advocate that small is beautiful,  Peter Brugman on his Harvard Business Review blog said « Small is the new big. Sustainable is the new growth. Trust is the new competitive advantage. » 

Seth Godin, recently did also a nice post about The Right Size of organizations. He gave numerous examples that show that bigger is often worse. He advocates that companies should not aim to get bigger. 

And that is the whole point, we use to hear the bigger, the better? (it is sometime part of corporate mission statements) Yah right. I think this era is about to end. The post recession-era will greatly favor the Small and Medium Sized organizations. Why? It is plain and bold common sense. Let me give you just a few arguments

  • The new economy requires more flexibility than ever. Organizations must be able to adapt their business model to the new reality.
  • Post recession consumers will be seeking for « trustable » brands. Big corporations will have to re-build that link with their consumer base and one-way traditional marketing campaigns will not be enough. (And that should start with the big financial corporations…)
  • The era of conversational marketing has begun and small companies will be better equipped to leverage the new 2-way marketing communication tools (blogs, social media, etc). Why? Because of their human scale and their true authenticity. Also, the very affordable nature of the new tools make them awfully attractive to SME.
  • Post-recession consumers will buy more locally. To encourage the smaller local manufacturers and to show a greener attitude.
  • Smaller companies, because of their size, are more capable to adapt their business model to serve The Long Tail.
  • Small companies are usually more agile in their market-based decisions. Therefore, they are less liklely to be stucked in the « paralysis by analysis » syndrome that often affect larger organizations.
  • They are also more willing to take risks, I mean calculated risks. In that sense, the new marketing tools represent very low risk alternatives to traditional marketing media.

So those are the few top-of-mind-reasons why I think smaller organizations will succeed in the post-recession era. As a SME marketer, I can tell you that we are presently sowing all the seeds required to harvest market success when the economic storm will be behind us. What about you? Are you busy managing the status quo or preparing the ground to build your future growth?

Exemple éloquent de ré-invention

Un billet coup de coeur léger en ce vendredi saint…et une petite lecon de marketing de PME en prime.

magentalogo

Début 2002, après des décénnies de photos de famille prises avec les même éclairages, les mêmes poses, les même murs de fond, une photographe décidée lance une nouvelle entreprise de photographie familiale: Magenta.

Le concept de Magenta est simple: faire de la photo de famille (concept pas trop nouveau avouons-le) mais en l’abordant avec un regard complètement nouveau. Il fallait faire différemment des Sears et autres studios de photo sans âme. La business du souvenir est un puits sans fond alors, une différenciation marquée permet de se positionner de facon unique dans l’esprit de la clientèle cible. Magenta a très bien réussi a trouver cette nouvelle solution à un vieux problème.

J’ai 3 enfants et j’ai déjà investi dans 3 séances de photo chez Magenta en 6 ans. C’est pas donné, avouons-le, mais ils savent faire ce qu’il faut afin de rendre l’expérience unique et remarquable: prises de vue originales, éclairages spéciaux, accessoires jamais vus, divertissement pour les enfants, personnel qualifié qui sait faire ressortir le naturel et hyper-respectueux des goûts des clients, traitement unique des photos, corrections des imperfections, etc. Je vous épargne ici la multitude de services uniques qu’ils ont ajoutés à leur offre récemment tel que encadrements originaux, mosaiques sur mesure, création d’articles originaux à partir de vos images et la liste s’allonge.

En quelques mots, ils ont ré-inventés l’idée-même que l’on se faisait d’un studio de photo traditionnel. Ils ont créé leur propre univers. Les clients y viennent et y reviennent et sont plutôt insensibles au prix demandé; parce que rien ne se compare vraiment à l’expérience Magenta. Cette unicité est aussi excellente pour leur marketing car le bouche à oreille leur sert très bien. Quand on prend des photos chez Magenta, on a tendance à les exposer, à en donner au parents et amis. Comme les photos sont belles et différentes, les parents et amis tendent à demander d’où elles proviennent et ainsi va le bouche à oreille et la croissance d’entreprise.

Dans votre entreprise, à quand remonte votre dernière ré-invention?

Magenta opére présentement 16 studios de photo dont 4 en Ontario.